Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°8 – La psychiatrie publique en questions. 1er volet Paroles de psychiatres (Avril 2002) // Santé mentale, psychiatrie, souffrance psychique

Santé mentale, psychiatrie, souffrance psychique

Jean-Pierre VIGNAT - Psychiatre des Hôpitaux, CH Saint Jean de Dieu, Lyon

Année de publication : 2002

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°8 – La psychiatrie publique en questions. 1er volet Paroles de psychiatres (Avril 2002)

La prise de conscience, de l’expansion du processus de précarisation a conduit, en France comme ailleurs, à la question du rapport entre l’état psychique des personnes concernées et leur statut socio-économique.

Le débat n’est pas académique mais politique, entre la responsabilité de l’individu et celle de la société. La psychiatrie, de plus en plus interrogée par les problèmes de société, a répondu avec ses outils avant de s’apercevoir qu’il lui fallait en inventer de nouveaux. Comme toute situation extrême, la précarité représente un analyseur de la démarche des disciplines qui tentent de la comprendre. La psychiatrie doit se saisir de cette opportunité.

Le problème de fond n’est sans doute pas celui de la référence psycho-dynamique, mais celui des superstructures étroitement liées à un objectif; que celui-ci ait été perdu ne change rien à l’affaire. Ainsi, le modèle « bio-psycho-social », notion valise par excellence, qui a permis jadis l’émergence oecuménique de la doctrine de secteur, est de peu d’utilité dans le champ de la désorganisation du lien social dès lors que celle-ci n’est pas la conséquence de la maladie mentale classique relevant de ce qu’on désignait comme « l’assistance ».

Les classifications standardisées, DSM et CIM[1], sont des outils pour l’épidémiologie et les domaines d’application de sa méthode. Elles répondent mal aux formes nouvelles de la clinique : les troubles de la personnalité, les états de souffrance, les troubles transnosographiques. En revanche, CIM et DSM conduisent des psychiatres à se dispenser de toute référence théorique. Cette confusion entre l’épidémiologie et la clinique soutient une lecture en termes de pathologie. Du coup, la représentation de la précarité et du dénuement est centrée soit sur le trouble de l’individu soit sur la victimisation sociale. Dans l’un et l’autre cas, la question des aménagements défensifs et de l’interaction avec l’environnement est esquivée. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Edito

clinique - santé mentale - psychiatrie publique

Jean FURTOS - Année de publication : 2002

« Il faut le laisser tranquille… il a bac plus 5 »

clinique - précarité - exclusion - témoignage

Christian MULLER - Année de publication : 2009

Etre victime : généalogie d’une condition clinique

clinique - victime - psychotraumatisme