Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°7 – Habiter (Décembre 2001) // Santé mentale et citoyenneté ? Le logement comme objet transversal

Santé mentale et citoyenneté ? Le logement comme objet transversal

Béatrice DERIES - Doctorante en sociologie (CRESAL-Université Lyon 2), Formatrice dans une école de travail social (EIASS-Rockefeller, Lyon)

Année de publication : 2001

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Sociologie

Rhizome n°7 – Habiter (Décembre 2001)

Socialiser la maladie mentale

Les relations entre logement et psychiatrie ou habitat et santé mentale, sont à référer en premier lieu au mouvement de désinstitutionnalisation qui s’engage avec la sectorisation psychiatrique et le transfert de la fonction sociale de l’hôpital vers d’autres institutions. Ce mouvement met en jeu de nouveaux espaces d’intervention et pose le problème complexe de la place des malades mentaux dans la cité. Initialement, le besoin de transversalité est sous-tendu par la nécessité de socialiser la maladie mentale en ouvrant aux spécialistes qui l’ont en charge les différentes scènes sociales, en l’occurrence celles de l’habitat. Il s’agit en quelque sorte de déverrouiller le logement, sourd jusqu’alors, aux demandes des personnes souffrant de troubles psychiques graves.

Pour que leur besoin de logement devienne une demande sociale légitime, il s’agit pour les acteurs de santé mentale de faire reconnaître l’indicible et le non audible de la maladie psychique dans des espaces ouverts multipartenariaux. Et d’engager un travail sur les représentations sociales, lequel d’ailleurs consiste bien autant à défaire les amalgames entre les diverses manifestations de souffrance qui se donnent à voir dans l’espace social du logement.

La mixité comme proposition d’approche transversale

Une deuxième étape pourrait se définir, à partir du milieu des années 90, comme une montée en généralité du thème de la souffrance psychique dans la sphère du logement, en même temps que se redessinent les frontières entre ce qui traditionnellement relevait du droit commun et ce qui était renvoyé au traitement spécialisé, entre les pratiques d’insertion sociale et la prise en charge de la maladie mentale et du handicap. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Encombrements à l’hôpital, déviation sur l’assistante sociale

logement - accompagnement - temporalité - professionnalité

Marie-Claire FILLOT - Année de publication : 2007

Accompagner vers le logement en temps de vulnérabilité partagée

logement - accompagnement - habitat - droits

Béatrice DERIES - Année de publication : 2014

La « clinique des nuances »

clinique - logement - témoignages - accompagnement - care