Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°4 – Précarité visible, précarités invisibles (Mars 2001) // Judiciarisation des adolescents difficiles et souci thérapeutique

Judiciarisation des adolescents difficiles et souci thérapeutique

Nadia ZEGHMAR - Directrice de Service de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, région Rhône-Alpes

Année de publication : 2001

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES MEDICALES, Pédopsychiatrie

Rhizome n°4 – Précarité visible, précarités invisibles (Mars 2001)

Par essence et par tradition, la justice des mineurs est sensible à la question des conflits intra psychiques dans la genèse des conduites humaines, et rompue à l’analyse des comportements individuels rapportables à certains handicaps, à des difficultés sociales et psychologiques. Dans ce champ particulier, la notion de souffrance psychique fait sens dans la logique de l’accompagnement éducatif d’un mineur socialement démuni et psychologiquement éprouvé, qui exprime sa souffrance dans tous les registres , du comportement suicidaire à la transgression délibérée des règles de vie en société.

Est-il nécessaire de rappeler que de nombreuses analyses portant sur la santé des adolescents ou les difficultés de leur insertion sociale et relationnelle ont démontré que la population des jeunes sous main de justice est une population exposée et vulnérable, cumulant des symptomatologies dépressives allant au delà du processus normal d’adolescence, des conduites à risques et des violences symboliques ou physiques sur soi ou sur autrui.[1]

Les comportements délinquants de cette jeunesse en difficulté fournissent une part importante des mesures judiciaires ordonnées par les juridictions des mineurs. Les causes renvoient aux scénarios trop ordinaires des malaises dans la filiation, des difficultés sociales, de l’échec scolaire et des drames familiaux, à moins que l’on évoque la crise du lien social, les difficultés de la communication intergénérationnelle, le délitement de l’autorité. Les aires de transgression et les conduites ordaliques de ces adolescents en difficulté s’inscrivent dans une recherche de limites, une quête aléatoire ouvrant tant bien que mal sur des rites de passage à l’âge adulte, l’affirmation de l’identité (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

A propos des adolescents en errance : la mélancolisation d’exclusion ou d’une souffrance psychique dans l’actuel

exclusion - souffrance psychique - adolescence - errance

Olivier DOUVILLE - Année de publication : 2001

Santé mentale et citoyenneté ? Le logement comme objet transversal

logement - souffrance psychique - habitat - santé mentale

Béatrice DERIES - Année de publication : 2001

Souffrance psychique et mélancolisation

clinique - rue - souffrance psychique - sans-abris