Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Cahiers de Rhizome n°59 – Les adolescents (et ce qu’ils ont de) difficiles (Mars 2016) // Anicroche autour d’une doudoune. De la construction des trajectoires d’adolescents aux frontières de l’éducatif et du soin

Anicroche autour d’une doudoune. De la construction des trajectoires d’adolescents aux frontières de l’éducatif et du soin

Béatrice DERIES - Sociologue, École Rockefeller, Lyon
Roman PETROUCHINE - Pédopsychiatre, Chargé de recherche à l’Orspere-Samdarra, Lyon

Année de publication : 2016

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Sociologie, TRAVAIL SOCIAL, SCIENCES MEDICALES, Pédopsychiatrie

Cahiers de Rhizome n°59 – Les adolescents (et ce qu’ils ont de) difficiles (Mars 2016)

Souad, 15 ans, arrive en ambulance au pôle des Urgences d’un grand centre hospitalier psychiatrique à une heure et demie du matin au cours d’un week-end. Nous sommes début juin. Elle y est reçue par le médecin de garde qui pose une indication d’hospitalisation en toute perplexité, à partir des éléments apportés par les éducateurs de son foyer qui l’accompagnent. Bien qu’inconnue de l’unité d’hospitalisation pour adolescents Henri Wallon[1] et n’ayant a fortiori aucun dossier à l’hôpital, cette adolescente, disent-ils, serait attendue par le médecin de cette unité qui aurait lui-même posé l’indication. Cette procédure d’hospitalisation inhabituelle qui court-circuite la compétence d’indication du médecin des Urgences, cumulée d’une indication d’hospitalisation au premier abord « assez limite » et d’une jeune fille qui ne veut pas rester à l’hôpital mais rentrer chez elle, déclenche un méli-mélo entre le service médical d’accueil et l’Unité pour adolescents. Sans attendre l’avis médical du service, la direction de l’hôpital interviendra : « C’est une adolescente, il y a un lit de disponible dans l’unité, vous l’envoyez ». Le lendemain, le psychiatre d’Henri Wallon y trouvera Souad avec autour d’elle une certaine agitation du fait des circonstances de son arrivée.

Une première rencontre a lieu le lendemain avec une éducatrice de son foyer. Après que le cadre de l’hospitalisation propre à cette unité de « crise » y ait été reposé, prescrivant qu’aucun changement de lieu d’hébergement de l’adolescente ne se produise durant son hospitalisation, l’entretien se poursuit avec Souad. Le médecin ne manque pas d’être marqué par une valise à côté d’elle, de celles qui font un mètre cinquante de haut comme on en voit dans les aéroports. Dans un service où les jeunes patients sont mis en pyjama dès leur arrivée, de voir cette valise comme si la jeune fille allait au bout du monde lui paraît particulier. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

La professionnalité à l’épreuve des adolescents en grande difficulté. Enquête sur les pratiques de soutien aux professionnels.

adolescence - professionnalité - récit - mineur non accompagné (MNA)

Béatrice DERIES, Roman PETROUCHINE, Bertrand RAVON et Halima ZEROUG-VIAL - Année de publication : 2016

Des pratiques éducatives de santé mentale dans le champ de la Protection Judiciaire de la Jeunesse.

clinique - adolescence - professionnalité - protection judiciaire de la jeunesse - éducation

Christian LAVAL - Année de publication : 2002

Pas de zéro de conduite pour les enfants de trois ans

souffrance psychique - adolescence - enfance - délinquance