Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°78 – L’école prend-elle soin ? (novembre 2020) // Les défis de l’école inclusive

Les défis de l’école inclusive

Nicolas CHAMBON

Année de publication : 2020

Type de ressources : Rhizome

Rhizome n°78 – L’école prend-elle soin ? (novembre 2020)

L’école prend-elle soin ? Cette question n’aurait eu guère de sens au xixe, voire au xxe siècle, tant la mission de l’école était claire : instruire. Depuis, la perspective de devoir « prendre soin » se pose à mesure que l’individualisation imprègne l’organisation sociale. La crise sanitaire et sociétale de la pandémie de COVID-19, amplifiant les inégalités sociales et de santé, a relevé l’importance du rôle que joue l’école au-delà de sa fonction éducative.

Aujourd’hui, il importe d’assurer une scolarisation à toutes et à tous en prenant en compte les singularités et les besoins éducatifs particuliers de chacun. Toutefois, cette volonté de développer le programme « inclusif » n’est pas sans susciter engouement pour les uns, crainte, critique ou tout simplement interrogations pour les autres. À rebours d’un discours alarmiste, ce Rhizome suppose que le paradigme de l’inclusion, à destination a priori des personnes les plus exclues (élèves en situation de handicap, élèves allophones nouvellement arrivés en France…), concerne tout un chacun potentiellement confronté à des états de trouble, à l’exclusion ou à l’insécurité sociale. L’inclusion scolaire, projet à la fois pragmatiste et idéaliste, représente des défis majeurs.

Lutter contre les inégalités sociales et la hiérarchisation cognitive

Deux constats résonnent peut-être trop comme des évidences. D’une part, l’école ne parvient pas à réduire les inégalités sociales, ou plutôt ne paraît pas être à la hauteur des attentes de résorption de ces inégalités. D’autre part, l’école n’est pas toujours vécue comme un lieu d’épanouissement pour certains élèves qui peuvent y subir brimades et violences, induisant des impacts psychologiques importants. Il apparaît aujourd’hui évident que la santé et la santé mentale à l’âge adulte sont influencées par l’anxiété ou la violence vécue durant les périodes d’enfance et d’adolescence. L’école est à la fois la première instance de socialisation, mais aussi l’environnement dans lequel l’enfant se développe psychiquement. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Interview de Jean-Marc Legagneux

pair-aidance - savoir expérientiel - usager

Jean-Marc LEGAGNEUX - Année de publication : 2013

« Aller vers… » en psychiatrie et précarité : l’opposé du « voir venir… » !

aller vers - équipe mobile - psychiatrie publique

Alain MERCUEL - Année de publication : 2018

Quand la psychiatrie est confrontée à l’intolérance sociale

voisinage - professionnalité