Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Cahiers de Rhizome n°75-76 – Pair-aidance, interprétariat et médiations (mars 2020) // La formation des interprètes pour leurs interventions dans la santé mentale : développement d’un dossier pédagogique

La formation des interprètes pour leurs interventions dans la santé mentale : développement d’un dossier pédagogique

Orest WEBER - Unité Psy et Migrants, Département de psychiatrie, CHUV, Lausanne
Florence FAUCHERRE - Unité Psy et Migrants, Département de psychiatrie, CHUV, Lausanne

Année de publication : 2020

Type de ressources : Rhizome - Thématique : PUBLIC MIGRANT

Cahiers de Rhizome n°75-76 – Pair-aidance, interprétariat et médiations (mars 2020)

Dans les pays d’Europe occidentale, les institutions de santé mentale prennent en charge un nombre croissant de patients migrants ne parlant pas ou peu la langue locale. Si elles veulent éviter des discriminations linguistiques concernant l’accessibilité et la qualité des soins, ces institutions n’ont généralement d’autre choix que de recourir à des tiers assurant l’interprétariat. S’agissant du profil de ces tiers, la littérature souligne l’importance, plus encore en psychiatrie qu’ailleurs, de confier la médiation linguistique et culturelle à des professionnel·le·s dûment formé·e·s (Bauer et Alegria, 2010).

Si dans d’autres pays francophones on tend à appeler interprètes de services publics les professionnel·le·s de l’interprétariat intervenant dans la santé, il en va autrement de la Suisse romande, cadre géographique de notre projet, où la désignation consacrée est interprète communautaire. Grâce à diverses instances fédérales et associatives, ces interprètes ont, dans notre pays, la possibilité d’acquérir un certificat et un brevet reconnus au plan fédéral(1). Dans les formations conduisant à ces titres, le travail dans la santé mentale fait l’objet d’enseignements spécifiques. Pour leur part, les clinicien·ne·s travaillant dans la santé mentale disposent également d’espaces de formation en nombre croissant pour s’initier ou se perfectionner dans le travail avec les interprètes.

L’objectif des formations préparant les professionnel·le·s de la santé et de l’interprétariat à leurs interventions conjointes vise généralement l’acquisition de connaissances, d’aptitudes et d’attitudes qui favorisent des pratiques fonctionnelles au regard des buts des entretiens cliniques. Dans la santé mentale, l’un des principaux enjeux pour les clinicien·ne·s et les interprètes communautaires réside dans la nécessité permanente de moduler et d’ajuster leurs pratiques respectives (Bot, 2005 ; Delizée et de Ridder, 2016). La multitude de dispositifs et d’activités constitutives de la psychiatrie contemporaine confronte en effet les triades patient·e·s-interprètes-clinicien·ne·s à des défis diversifiés. Afin de contribuer à une meilleure connaissance de ces défis, l’équipe de recherche de notre unité de psychiatrie transculturelle (composé d’un linguiste, de deux psychiatres et d’une psychologue) a décidé d’étudier les difficultés qui prédominent dans les consultations d’investigation psychiatriques ou psychologiques. L’objectif était d’emblée de contribuer, sur cette base, aux formations des interprètes et des clinicien·ne·s. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Accompagner ses pairs n’est pas une activité de médiation, mais ils sont appelés médiateurs de santé pairs

médiation - pair-aidance - rétablissement - accompagnement - politique publique - santé mentale - professionnalité

Christian LAVAL et Eve GARDIEN - Année de publication : 2020

Le travail de médiatrice en santé paire au sein du programme « Un chez soi d’abord »

médiation - pair-aidance - habiter - accompagnement - autonomie - chez soi d'abord

Davia OUAKLI - Année de publication : 2019

(Se) Faire confiance : les enjeux d’une collaboration et d’une transformation du cadre clinique en pédopsychiatrie

médiation - accès aux soins - interprétariat - parentalité - enfance - famille - allophone