Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°72 – Les animaux pansent (juillet 2019) // Diogène, sentinelle révélatrice de la valeur vitale d’un animal de compagnie

Diogène, sentinelle révélatrice de la valeur vitale d’un animal de compagnie

Jean-Claude MONFORT - Psychiatre, Paris

Année de publication : 2019

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°72 – Les animaux pansent (juillet 2019)

Un animal pourrait-il avoir valeur de symptôme révélateur d’une souffrance de l’être humain qui l’a adopté ? Que sais-je (1) ? Et la vie des animaux au pays des Diogènes ? Les conservateurs des musées des beaux-arts savent que Diogène est représenté entouré d’animaux. Pour quelles raisons ces liens peuvent-ils aboutir à un syndrome inimaginable, celui de Noé (2), alias Noah, décrit pour la première fois dans un passage de la Bible ?

Est Diogène la personne qui, aux yeux d’un visiteur, aurait besoin de tout, mais ne demande rien. Tel est le critère principal de ce syndrome. Les trois critères complémentaires concernent les modalités de la relation aux objets, au corps et à autrui. La relation aux objets est poussée à l’extrême. Les objets sont soit totalement absents, comme pour Diogène de Sinope (Diogène vide), soit innombrables et entassés comme pour les Diogènes de Clark (Diogène entasseur). La relation au corps est poussée à l’extrême. Le corps est soit trop négligé, comme pour Diogène de Sinope (Diogène négligé), soit trop propre, c’est le « Diogène propre », le plus rare et le plus méconnu. La relation aux autres est poussée à l’extrême. L’autre est soit totalement absent, comme dans les situations des personnes recluses à leur domicile (misanthropie, auto-exclusion), soit très présent, comme pour Diogène de Sinope qui va au-devant des autres pour les convaincre de rejoindre sa philosophie (philanthropie). Ces différents critères permettent de définir une typologie des syndromes de Diogène. Le premier est le syndrome de Diogène complet (entasseur, négligé, misanthrope) avec des risques de complications : liées aux entassements (incendie des entassements inflammables, odeurs des entassements putrescibles, effondrement de plancher des entassements lourds) ; liées à la négligence du corps (dénutrition, pied ulcéré, brûlé, gelé) ; liées à la misanthropie (décès d’un reclus). Les autres types sont des syndromes de Diogène partiels. Cette typologie (3) rend compte de la diversité des tableaux observés et explique les nombreuses données de la littérature qui apparaissaient jusqu’ici contradictoires. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Une équipe infirmière et canine au service du bien-être à l’hôpital

médiation - animaux - témoignages - hôpital - thérapie

Céline COURBET - Année de publication : 2019

« À la rue avec les chiens, c’est rock’n’roll »

hébergement - animaux - témoignages - chiens - lien

Ben - Année de publication : 2019

L’accueil inconditionnel en centre d’hébergement et de réinsertion sociale

hébergement - animaux - témoignages - accompagnement - lien