Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°61 – Des mondes virtuels ? (Septembre 2016) // Histoire d’un hikikomori occidental

Histoire d’un hikikomori occidental

Philippe LE FERRAND - Psychiatre Centre Hospitalier Guillaume Régnier, Rennes

Année de publication : 2016

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°61 – Des mondes virtuels ? (Septembre 2016)

Pathologie mentale ou spécificité culturelle, le hikikomori élargit son champ nosographique en se développant dans la société occidentale. L’histoire de Jean illustre les enjeux du retrait volontaire du monde remplacé peu à peu par la société virtuelle.

L’usage immodéré d’internet, le retrait social et la claustration à domicile sont des comportements de plus en plus observés dans le monde. Ce sont des cliniciens et sociologues japonais qui se sont les premiers intéressés à ce problème perçu comme l’expression du malaise de la jeunesse japonaise actuelle. Ils ont appelé « hikikomori » ce phénomène socio-anthropologique lié pour eux à la culture japonaise.

Au Japon, le terme « hikikomori » est utilisé pour désigner les situations de retrait social extrême : « Il s’agit de l’état d’une personne qui évite toute participation sociale en raison de différents facteurs et causes et qui reste cloîtrée presque en permanence chez elle plus de six mois »(1). Il concerne de grands adolescents ou jeunes adultes vivant chez leurs parents, cloîtrés pendant plusieurs mois ou années avec un mode de vie centré sur le domicile sans intérêt ou désir pour le travail et refusant toute communication intra ou extra familiale sans pour autant s’exiler dans un endroit isolé ni être gênés par ce retrait. Le souhait de sortir de l’enfermement ou la conscience d’une anomalie de la conduite n’existe pas. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Lorsque les réseaux sociaux servent l’humanitaire

humanitaire - numérique

Manon CHALMEAU - Année de publication : 2016

Entretien avec Isabel Colón de Carvajal, linguiste

numérique - addiction

Isabel COLON DE CARVAJAL - Année de publication : 2016

Qu’est-ce que la cyberpsychologie ?

clinique - Canada - numérique