Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Cahiers de Rhizome n°55 – L’interprétariat en santé mentale (Février 2015) // Une pratique avec un interprète co-intervenant : de l’être en groupe à penser le groupe

Une pratique avec un interprète co-intervenant : de l’être en groupe à penser le groupe

Gaëlle BOUQUIN-SAGOT - Psychologue clinicienne, Coordinatrice du pôle interprétariat
Mélanie MAURIN - Psychologue clinicienne, Docteure en psychologie clinique et psychopathologie, Association OSIRIS

Année de publication : 2015

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Psychologie, PUBLIC MIGRANT

Cahiers de Rhizome n°55 – L’interprétariat en santé mentale (Février 2015)

Au Centre de Soins Osiris nous accueillons des personnes victimes de torture et de répression politique. Il s’agit d’individus, ayant subi des violences intentionnelles, qui les ont conduits à quitter leur pays, seuls ou en famille, et qui ont entraîné des traumatismes graves. Aux événements traumatiques subis dans le pays d’origine s’ajoutent de multiples difficultés liées à l’exil, ainsi que les contraintes sociales et juridiques qu’ils rencontrent dans leur quotidien en France.

Nous accompagnons ces patients dans le cadre de psychothérapies individuelles, conjugales, mères/enfants, familiales et groupales. L’objectif général de nos dispositifs est d’apporter un soutien, de soulager la souffrance psychique et physique et de favoriser un mieux-être. Ces pratiques avec des personnes exilées et donc peu francophones nous conduisent à proposer des accompagnements dans une des langues parlées par le patient, de préférence la langue maternelle et ainsi à collaborer avec une quinzaine d’interprètes.

Dans cet article, nous souhaitons mettre en avant la clinique avec les interprètes. De formations groupales et familiales, nous envisageons cette pratique en tant que dispositif groupal à part entière. Cette considération entraîne de ce fait de repenser la place et fonction de chacun dans cet espace.

Dans un premier temps, nous reviendrons sur les aspects historiques de la question de l’interprétariat dans notre institution. Puis nous spécifierons notre pensée de la clinique avec interprète à la lumière des théories du groupe. Dans un troisième temps, nous aborderons les aménagements et évolutions de nos dispositifs de soins. Enfin, nous témoignerons de l’importance des espaces institutionnels d’étayage de la pensée pour accompagner la réflexion sur l’interprétariat et la clinique. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

La « clinique des nuances »

clinique - logement - accompagnement - care - témoignage

Fabienne DIEBOLD, Jean MARSHALL et Laetitia LIQUET - Année de publication : 2019

Trouver la bonne « distance » dans le suivi de demandeurs d’asile en psychiatrie de ville. A propos d’une expérience auprès de migrants d’Afrique subsaharienne.

clinique - accompagnement - migration - asile

François JOURNET - Année de publication : 2015

Quelques aspects inhabituels de l’habiter chez les migrants précaires

clinique - précarité - exclusion - migration - habitat