Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°58 – La participation des usagers en santé mentale (Novembre 2015) // Participation des patients à la formation médicale

Participation des patients à la formation médicale

Nicolas LECHOPIER - Maître de conférences en philosophie des sciences, Université Lyon 1 - Institut Français de l’Éducation (ENS de Lyon), enseignant à la Faculté de Médecine Lyon-Est et chercheur au laboratoire « Sciences & Société, Histoire, Éducation, Pratiques » (S2HEP)

Année de publication : 2015

Type de ressources : Rhizome

Rhizome n°58 – La participation des usagers en santé mentale (Novembre 2015)

Dans les facultés de médecine, on s’intéresse de plus en plus aux patients comme formateurs. Un projet conduit à Lyon et Saint-Étienne, intitulé « Patients Acteurs de l’Éducation Médicale » (PACTEM [1]) propose une recherche-action autour de la participation des patients dans les formations initiales et continues des professionnels de santé. Ce projet cherche à outiller conceptuellement les tenants et aboutissants de ces formations, à évaluer leur bien-fondé pédagogique en s’intéressant à l’expérience des apprenants, et à analyser les conditions favorables à l’accueil des patients en faculté de médecine.

Que des patients prennent part à la formation des médecins n’est bien entendu pas nouveau. Foucault a montré comment, avec la médicalisation de l’hôpital et la constitution de la clinique à partir du XVIIIe siècle, l’observation au chevet du malade s’est construite précisément comme dispositif d’apprentissage et d’enseignement. Et du côté de la faculté, les cas cliniques présentés en amphithéâtre permettent depuis longtemps aux professeurs d’enseigner et d’illustrer des connaissances médicales ou des pistes de recherche. Jusqu’à très récemment, il arrivait que des patients soient amenés là, en personne dans l’amphithéâtre, pour servir passivement la démonstration.

Les patients formateurs d’aujourd’hui rompent avec ce mode d’existence comme matière-support. Les patients ne sont plus des sujets à étudier ou un terrain d’apprentissage, mais des personnes qui à partir de leurs expériences développent des savoirs. Ils ne sont plus assignés à leur passivité de malades subissant la maladie, ils interviennent en tant qu’ils mettent en œuvre eux-mêmes des pratiques de soin. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Programme formation « L’interprétariat en santé » 2018

formation - accès aux soins - migrations - interprétariat - pratiques - accueil

Année de publication : 2018

Quelles médiations dans les pratiques d’interprétariat ?

médiation - formation - interprétariat - Remilas

Ada Luz DUQUE - Année de publication : 2020

Modernité de la transmission aux internes en psychiatrie

formation - soin - psychiatre - savoirs