Vous êtes ici // Accueil // Publications // Le soin psychique à l’épreuve des djinns. Vers une clinique métissée ?

Le soin psychique à l’épreuve des djinns. Vers une clinique métissée ?

Flavien SIMONE

Année de publication : 2015

Type de ressources : Mémoires et thèses - Thématique : SANTE MENTALE, Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES, PUBLIC MIGRANT

Télécharger le PDF

INTRODUCTION

1. Avant-propos

Le travail présenté ici, étudiera les relations complexes entre la religion et la santé mentale en
s’appuyant sur la situation d’une jeune adolescente et de sa famille, issues de l’immigration et de confession musulmane. L’axe d’étude de cet objet de recherche s’appuiera sur les notions de représentations et d’altérité dans la relation thérapeutique où des éléments convoquant des croyances religieuses sont en jeux. Cet écrit déploiera et affinera progressivement cette question avec des apports théoriques d’orientation ethno-psychiatrique, anthropologique, psychologique et religieux.

« Je le pansai, Dieu le guérit »
Ambroise PARÉ

Depuis des siècles, la religion et la médecine entretiennent des liens à la fois proches et
distants. Nous pourrions faire une étude riche et passionnante d’un point de vu historique sur cette relation entre le médical et les religions. Concentrons-nous plutôt sur l’émergence de la médecine psychiatrique en France au cours du XIXe siècle. Cette émergence témoigne bien des conflits mais aussi des ententes entre la discipline médicale et la religion catholique. Nous nous appuyons sur l’étude de Jan GOLDSTEIN, qui dans son ouvrage « consoler et classer (1) » rend compte des difficultés, des tensions mais aussi des alliances en jeu, entre la médecine psychiatrique naissante et l’église.

Consoler renvoie à la notion de traitement moral pensée par le Docteur Philippe PINEL. Il
explique que la maladie mentale et la folie seraient engendrées par des causes morales, s’éloignant donc de la pensée de l’époque où la folie aurait des origines biologiques. Pour P. PINEL, il s’agit alors de « donner l’espoir consolant d’un sort plus heureux » aux « aliénés », de « compatir à leur maux ». Nous comprenons donc que le Docteur PINEL préconise des méthodes thérapeutiques plus douces plutôt que les saignées ou les purges, par exemple. Ces méthodes sont davantage axées sur la parole et le travail d’expression des émotions. (…)

Publications similaires

L’envers de la spiritualité: le nihilisme existentiel

spiritualité, religion

Philippe LE FERRAND - Année de publication : 2014

Edito

accompagnement - spiritualité, religion

Nicolas CHAMBON et Christian LAVAL - Année de publication : 2014

Réflexions inquiètes sur la situation psychiatrique tunisienne

spiritualité, religion - Afrique