Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Cahiers de Rhizome n°55 – L’interprétariat en santé mentale (Février 2015) // De l’interprétariat à la médiation en santé mentale : l’expérience du centre Françoise Minkowska

De l’interprétariat à la médiation en santé mentale : l’expérience du centre Françoise Minkowska

Marie-Jo BOURDIN - Attachée de Direction, Responsable du Pôle Formation et du MEDIACOR, Présidente du Mouvement Européen des Travailleurs Sociaux (Mets), Vice-Présidente de l’Association Française de Psychiatrie Sociale, Centre Médico Psycho Social F. MINKOWSKA (Paris)
Stéphanie LARCHANCHE - Anthropologue médicale, Coordinatrice du Pôle Enseignement et Recherche, Centre Médico Psycho Social F. MINKOWSKA (Paris), Vice-Présidente ISM Interprétariat (Paris)

Année de publication : 2015

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Santé publique, PUBLIC MIGRANT

Cahiers de Rhizome n°55 – L’interprétariat en santé mentale (Février 2015)

« Nous traduisons à l’intérieur même de notre langue, dans la mesure où il est toujours possible de dire la même chose » (Paul RICOEUR)

L’interprétariat professionnel est aujourd’hui accessible et adapté à de nombreux services publics. Or, dans bon nombre d’institutions, pour de multiples raisons – principalement économiques – on fait appel aux proches des patients ou à des collègues. Ainsi dans les hôpitaux a-t-on vu apparaitre des listes de professionnels ayant telle ou telle compétence linguistique et qui peuvent être sollicités (Kotobi, Larchanché et Kessar 2013). On voit encore ici ou là des professionnels du soin qui refusent de travailler avec un interprète (Favereau 2010).

Pourquoi travailler avec un interprète professionnel ?

Afin d’éviter une communication inadéquate qui limitera les compétences cliniques d’un professionnel de santé mentale, et biaisera l’établissement d’un diagnostic, il y a un intérêt à travailler avec un interprète qualifié (Tabouri 2009) pour:

  • Développer une relation thérapeutique
  • Comprendre l’expérience et le point de vue du patient et le contexte culturel qui sous-tend selon son comportement
  • Mener une évaluation
  • Formuler un diagnostic
  • Décider, en accord avec le patient, d’un programme de traitement approprié
  • Surveiller l’évolution de la maladie
  • Évaluer l’efficacité du traitement, ainsi que les effets négatifs potentiels (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

L’interprète, un intervenant en santé mentale ?

médiation - intervention - profession - interprétariat - pratiques

Nicolas CHAMBON et Natacha CARBONEL - Année de publication : 2015

Quelques principes d’intervention d’une équipe mobile à destination de migrants précaires

médiation - aller vers - équipe mobile - pratiques - accueil

Elena POPOVICI et Claude PAWLIK - Année de publication : 2018

Éléments pour une approche écologique du travail des interprètes auprès de migrants

médiation - interprétariat - psychiatrie - Remilas