Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°48 – Le migrant précaire entre bordures sociales et frontières mentales (Juillet 2013) // Traumatismes et exil: le certificat « étranger malade » est-il utile ?

Traumatismes et exil: le certificat « étranger malade » est-il utile ?

Jean-Jacques TABARY - psychiatre au Centre Psychothérapeutique de l'Ain

Année de publication : 2013

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES, PUBLIC MIGRANT

Rhizome n°48 – Le migrant précaire entre bordures sociales et frontières mentales (Juillet 2013)

A., jeune kosovare de 18 ans, est amenée par l’un de ses compatriotes d’une cinquantaine d’années, qui nous prie de ne pas laisser cette jeune femme isolée au milieu de 50 personnes hébergées dans un garage.

A. est couverte de plaies : impact de balle, immenses cicatrices résultant de charcutages d’évacuation d’un hémothorax et d’un hémopéritoine. Une balle est fichée dans un corps vertébral. Elle rapporte son histoire de manière un peu détachée : ses parents l’ont mariée à un caïd local, qui n’avait d’autre intention que de la prostituer. Les violences, tentatives d’assassinat résultent de son refus et de ses tentatives de fugue, au cours desquelles sa famille a refusé de la recevoir. Elle a été retrouvée mourante : hospitalisée, opérée, son bourreau est informé de sa sortie et l’attend. La seconde fois, elle s’enfuit de l’hôpital avant d’être dénoncée.

A. ne va pas si mal en apparence : vite hébergée en Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA), elle se montrera active, souriante, un tantinet coquette, au point de déclencher des bagarres autour d’elle, et d’être tenue à l’écart par les matrones. Dans les entretiens, cette désinvolture s’estompe pour laisser place à un monde de terreur et de mort, qui constitue le fonds de son activité psychique, surgissant dans les cauchemars, les moments de solitude ou quand elle entend parler de mariage. Une ou deux fois elle fait part de ses doutes, vis à vis de certaines familles, dont elle craint qu’elles aient des vues sur elle, pour leur aîné.

Son dossier, doit passer devant la Cour Nationaledu Droit d’Asile (CNDA). Dans la perspective d’un rejet, on envisage le certificat Etranger Malade. Or, qu’y indiquer ? (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Les migrations internationales, un enjeu mondial

exil - migration - accueil - gouvernance

Catherine WIHTOL DE WENDEN - Année de publication : 2012

Mères en exil : soins et travail en réseau

accompagnement - exil - parentalité - psychotraumatisme - récit - réseau

Claire MESTRE, Estelle GIOAN et Bérénise QUATTONI - Année de publication : 2009

Partir, grandir, devenir. La santé mentale des enfants et des adolescents à l’épreuve des parcours migratoires et du pays d’accueil (4 décembre 2018)

accompagnement - exil - migration - adolescence - asile - enfance - mineur non accompagné (MNA)