Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°43 – La mondialisation est un déterminant social de la santé mentale (Janvier 2012) // Robustesse et fragilités des synapses sociales

Robustesse et fragilités des synapses sociales

Jean-Pierre BOURGEOIS - CNRS URA2182 ‘Gènes, Synapses, et Cognition’. Laboratoire de ‘Génétique Humaine et Fonctions Cognitives’ (Professeur Thomas Bourgeron). Département de Neuroscience. Institut Pasteur, Paris

Année de publication : 2012

Type de ressources : Rhizome

Rhizome n°43 – La mondialisation est un déterminant social de la santé mentale (Janvier 2012)

cortex cérébral et la taille du groupe social dans lequel naît, se développe, mûrit, et s’émancipe un individu primate, selon son espèce. Le paleoneurobiologiste Harry J.Jerison a suggéré que l’environnement naturel (savane, forêt) n’était pas plus complexe pour nos ancêtres primates que pour les autres espèces animales du voisinage.

Ce qui était plus complexe, c’était l’apprentissage de l’organisation du groupe social auquel ils appartenaient, avec ses règles de vie, ses hiérarchies, ses signaux de communication, ses cultures, etc.. Au cours de l’évolution des primates, la pression de sélection dominante pourrait avoir été l’ensemble des contraintes associées à cette complexité sociale (Cheney and Seyfarth, 2007). Aujourd’hui, les neurobiologistes constatent que vivre dans un environnement plus riche en interactions sociales augmente anatomiquement et fonctionnellement certaines structures corticales, conférant un avantage sélectif (Sallet et al. 2011). Le cortex cérébral, essentiellement connecté sur lui-même (Bourgeois 2003), sert à percevoir le flux constant des événements des environnements naturel et social, les mémoriser, les utiliser correctement pour agir efficacement, représenter les échecs et les succès des actions, et surtout à représenter l’histoire de ces représentations. La synaptogenèse dans le cortex cérébral commence très tôt pendant la vie fœtale. Elle est en même temps très robuste et hypersensible aux qualités de l’environnement. Ce tissu cortical-social est le lieu d’immenses capacités créatrices mais aussi de grandes fragilités. Le neurobiologiste constate expérimentalement que de multiples altérations précoces de l’environnement social altèrent les circuits synaptiques et que ces effets persistent jusque dans la vie adulte. Forces et faiblesses de nos synapses ! (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Le migrant précaire comme nouvelle figure du débordement

précarité - migration - accueil - professionnalité

Nicolas CHAMBON - Année de publication : 2013

Le coin du clinicien – Le syndrome d’auto-exclusion

clinique - exclusion

Jean FURTOS - Année de publication : 2002

Entretien avec Didier Fassin

exclusion - accès aux soins - détention