Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°46-47 – Compétence en humanité précaire et passage de relais (Décembre 2012) // Les possibilités d’une rencontre

Les possibilités d’une rencontre

Emmanuel EPARVIER - Infirmier DE en santé mentale, Hôpital St Jean de Dieu, Lyon

Année de publication : 2012

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°46-47 – Compétence en humanité précaire et passage de relais (Décembre 2012)

L’expression d’une compétence en humanité

En tant qu’infirmier en santé mentale, je constate qu’il existe autant de « personnalités Emmanuel soignantes » que d’individus. Que l’on n’est pas seulement Eparvier, soignant tel que nous Infirmier DE l’apprenons, mais aussi tel en santé mentale, que nous sommes. Chacun Hôpital St Jean de Dieu, développe, à partir d’outils Lyon relationnels communs, sa propre capacité à être en lien avec l’autre, patient.

Être soignant sans faire l’économie d’être soi-même est une ressource pour la psychiatrie : si l’on considère la difficulté d’être en lien au premier plan de la maladie psychique, cette hétérogénéité relationnelle donne aux échanges de pouvoir varier humainement à l’infini, comme autant de chances, pour un patient, de redécouvrir et d’exprimer sa personnalité. À cet égard, la sensation d’une « compétence en humanité » (soit la coïncidence de soi avec autrui, dans un paysage à la fois intime et commun, conscient d’être du même monde), puisqu’elle mobilise au moins « deux » pour émerger, favorise naturellement le sentiment profond et rassurant d’être lié, et non plus seul, isolé. Son expression modifierait la qualité des échanges, et offrirait à la relation de soin de raccompagner le patient vers une précarité psychologique normale et structurante, constitutive de l’être humain1, à la lumière d’être un semblable, reconnaissant en lui-même le sentiment qu’il y a toujours un autre, à l’ombre de qui se reposer.

Une clinique du lien : le sourire d’Habiba

Aujourd’hui, Habiba s’exprime grâce à un laser qui couronne sa tête et vient éclairer les mots sur une tablette disposée devant elle : ses mots à elle, ses choix, son avis sur tout, ses sentiments, ses émotions. Son esprit et sa conscience se divulguent aux yeux des autres par cette petite lumière rouge, qui prolonge son visage, son immense sourire et le reste. Rencontrer Habiba, c’est d’abord être curieux, disposé à explorer son environnement immédiat, pour savoir de quelle manière être ensemble et communiquer, en acceptant que les modalités de l’échange soient extraordinaires. Trouver ce lieu commun nécessite de dire à haute voix ce que je comprends de son monde au fur et à mesure que je le découvre, pour vérifier auprès d’elle si ce que j’entends est juste ou non. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

L’addiction, un concept neuf pour une clinique nouvelle ?

clinique - addiction

Philippe LE FERRAND - Année de publication : 2016

Les bricoleurs de la précarité

clinique - précarité - errance - institution - droit

Colette PITICI - Année de publication : 2006

Santé mentale et demandeurs d’asile en Région Rhône-Alpes, Modalités cliniques et interpartenariales.

hébergement - clinique - souffrance psychique - réseau