Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°43 – La mondialisation est un déterminant social de la santé mentale (Janvier 2012) // Les contradictions de la lutte contre le travail des enfants

Les contradictions de la lutte contre le travail des enfants

Aurélie LEROY - Historienne, Chargée d’étude au Centre tricontinental (Belgique) Coordinatrice de l’ouvrage : Alternatives Sud, « Contre le travail des enfants ? », Syllepse/CETRI, Paris/Louvain-la-Neuve, 2009

Année de publication : 2012

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES

Rhizome n°43 – La mondialisation est un déterminant social de la santé mentale (Janvier 2012)

Parler du travail des enfants n’est pas une mince affaire. Souvent, on attend de celui qui en parle qu’il le condamne par automatisme et désavoue fermement une pratique considérée comme archaïque et indigne. Si le travail des enfants peut recouvrir des zones d’exploitation, étendues et réelles, qui réclament une condamnation immédiate, il n’en est pas toujours ainsi. Le travail des enfants renvoie à une variété infinie de situations singulières qui s’inscrivent dans des contextes spécifiques à chaque société et à chaque communauté.

Lutter contre le travail des enfants : un message à vocation universelle ?

Le travail des enfants ne constitue donc pas une occupation homogène. Il se décline de bien des façons. Il peut être contraint ou choisi, réalisé dans sa famille ou pour un tiers, rémunéré ou non payé, visible ou caché, partiel ou à temps plein. L’enfant peut être scolarisé ou non, isolé ou vivant dans sa famille, travaillant à son compte ou pour celui d’un employeur, exploité ou bien traité.

Dès lors, quand on dit être « contre » le travail des enfants. Que cela signifie-t-il ? Vise-t-on l’interdiction pure et simple de toutes les formes de travail des enfants, ou de celles considérées comme « inacceptables » ? Dans ce dernier cas, il en découle qu’il existerait des « bonnes » et des « mauvaises » formes de travail ? Mais alors, où placer la ligne de partage ? On se rend compte que le consensus qui existe autour de l’opposition de principe au travail des enfants, s’effrite rapidement lorsque l’on s’intéresse de près au phénomène. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Supporter le travail ? (16 mai 2018)

travail - souffrance psychique - professionnalité - analyse de la pratique, supervision

Orspere-Samdarra - Année de publication : 2018

Processus de précarisation au féminin

travail - femme

Nathalie FRIGUL - Année de publication : 2001

Professions en précarités ? (5 octobre 2009)

travail - précarité - accompagnement - professionnalité - usager