Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°46-47 – Compétence en humanité précaire et passage de relais (Décembre 2012) // L’aide psychosociale et le temps comme outil de travail

L’aide psychosociale et le temps comme outil de travail

Hermann HESSOU - Psychologue, coordinateur des équipes Terres Rouges, Cotonou (Bénin)

Année de publication : 2012

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Psychologie, TRAVAIL SOCIAL, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°46-47 – Compétence en humanité précaire et passage de relais (Décembre 2012)

Expérience avec les enfants dans les rues au Bénin

Une trajectoire professionnelle ne vient pas du hasard dans la pratique clinique. On devient psychologue, psychothérapeute… pour des raisons que l’on sait ou qu’on ne sait jamais. Ce n’est jamais pour rien. Une accroche, une conviction, une dette à payer ou simplement une réparation, c’est le fil de ma rencontre par le biais de l’association Terres Rouges avec des enfants des rues qui ont vécu des expériences difficiles, confrontés parfois à de profonds abîmes dans leur existence. L’association Terres Rouges travaille actuellement en Afrique de l’Ouest, notamment au Bénin. Quand je parle de la rue dans notre contexte de travail, c’est principalement du marché de Dantokpa de Cotonou et de ses abords. C’est l’endroit où sont présentes des activités économiques auxquelles ils se livrent pour survivre. Ils courent les rues d’autres villes du Bénin comme Porto Novo, Parakou, Malanville (frontière avec le Niger), Sèmè (frontière avec le Nigéria). Au sein de Terres Rouges, ce qui m’a personnellement mobilisé, c’est mon expérience avec le temps, c’est l’assurance de savoir que nous ne sommes pas dans l’immédiat, que nous ne travaillons pas dans une temporalité contrainte, sans quoi notre pratique serait réduite à des calculs, une pratique au service de l’homme machine . Dans notre association, le psychologue n’est pas dans une obligation de résultat. Il peut donner du temps au temps, et le mettre au service de la qualité de la relation d’aide. Il a besoin du temps qui compte pour chaque patient et qui compte pour lui afin de réfléchir suffisamment à sa pratique. C’est l’expérience que le dispositif Terres Rouges nous permet et dans lequel on peut se sentir réellement mobilisé en tant que praticien. Un centre d’accueil de jour pour enfants de rue, à bas niveau d’exigence, un peu plus souple sur le critère de l’âge c’està-dire n’excluant pas d’office les jeunes de plus de 18 ans, offre une disponibilité psychosociale aux demandes de ces derniers. La devise de ce dispositif est le temps suffisant pour chaque jeune, un temps respectueux pour que la relation d’aide puisse se déployer. Au départ, le Centre a donc été créé pour accueillir des enfants qui ont déjà fait l’expérience d’échecs professionnels ou d’échecs de réinsertions trop rapides du fait des temps institutionnels qui ne suffisaient pas pour accueillir leurs demandes profondes. Il s’est ensuite élargi au tout-venant de la rue. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Ne pas rajouter la violence à la violence

exclusion - rue - accès aux soins - sans-abris

Jean-Pierre MARTIN - Année de publication : 2009

Ne pas déranger

exclusion - rue - violence - témoignage - sans-abris

Alain MERCUEL - Année de publication : 2004

Les contradictions de la lutte contre le travail des enfants

travail - rue - violence - enfance - inégalité