Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°40 – Incontournables savoirs profanes dans l’évaluation des métiers de l’aide et du soin (Novembre 2010) // Témoignages autour de l’Accueil Familial Thérapeutique pour Adultes

Témoignages autour de l’Accueil Familial Thérapeutique pour Adultes

Chougui OIZDANE
Sylvie MUSCEDERE

Année de publication : 2010

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, TRAVAIL SOCIAL, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°40 – Incontournables savoirs profanes dans l’évaluation des métiers de l’aide et du soin (Novembre 2010)

L’accueil Familial Thérapeutique pour Adultes (AFTA) est une alternative à l’hospitalisation en psychiatrie. Il utilise les savoirs profanes des familles qui se forment à cet effet. Il s’organise sous la responsabilité e l’hôpital et doit permettre la poursuite u traitement. Une équipe pluridisciplinaire fait également le lien entre la famille d’accueil et la personne accueillie, entre le patient et son thérapeute. Une personne nommément désignée de la famille est agrée et rémunérée par l’hôpital.

Témoignage de Madame Chougui Oizdane, Famille d’Accueil.

Famille d’accueil est un métier à plein temps. Il faut pour faire ce métier aimer les gens, être à l’écoute, être attentif au comportement et aux humeurs changeante des autres. Il faut que toute la famille soit d’accord, donc nous en avons beaucoup parlé, l’idée a fait son chemin. Lorsque j’ai eu la place pour pouvoir accueillir une personne, et bien je me suis lancée, et ma petite famille avec moi.

Il n’est pas facile d’accueillir une personne que l’on ne connaît pas, aussi bien pour elle que pour nous, car nous avons tous nos petites habitudes. Au début, on regarde, on écoute comme si on s’apprivoisait les uns les autres. Et puis on met en place des règles bien définies que chacun se doit de respecter.

Il nous faut beaucoup répéter pour que les choses s’imprègnent ; cela implique beaucoup de patience. Parler et montrer des endroits pour les gestes du quotidien comme par exemple montrer la boulangerie pendant plusieurs jours (ou mois) jusqu’à ce que la personne qui n’était pas capable d’y aller seule au début y parvienne et y aille. Ce n’est peut être rien pour certains mais, croyez moi, lorsqu’elle atteint ce petit but, elle se sent fière et comblée ; nous le voyons bien à l’expression de son visage et cela pour plein de petites choses qui font la vie. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Faire avec des normes plurielles et contradictoires : le travail de l’ambivalence

accompagnement

Bertrand RAVON - Année de publication : 2014

L’accompagnement est une présence

logement - exclusion - accompagnement - errance - insertion - sans-abris

Carole GERBAUD - Année de publication : 2007

Psychologisation de l’exclusion sociale ou socialisation de la pratique psychologique ?

aller vers - exclusion - accompagnement - souffrance psychique