Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°37 – De l’exil à la précarité contemporaine, difficile parentalité (Décembre 2009) // Les axes de la parentalité

Les axes de la parentalité

Didier HOUZEL - psychanalyste Professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'université de Caan

Année de publication : 2009

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES, Pédopsychiatrie, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°37 – De l’exil à la précarité contemporaine, difficile parentalité (Décembre 2009)

La notion de « parentalité » est née dans la deuxième moitié du 20ème siècle, à une période de notre histoire qui a vu s’accélérer les mutations en matière de mœurs et de droit concernant la sexualité, la conception des enfants et la structure familiale. Comme souvent, c’est alors que les traditions s’émoussent, que l’on prend conscience de certains problèmes qui étaient jusqu’alors réglés par ces mêmes traditions. Qu’est-ce qu’être parent ? Comment le devient-on, pas simplement sur le plan biologique, mais sur les plans psychique et social ?

Jusqu’à une période récente, on devenait parent par la conception charnelle d’un enfant, par la cohabitation sous un même toit, par la désignation officielle selon les lois de la société à laquelle on appartenait. Dans nos sociétés de droit écrit, c’est le Code Civil qui définit les conditions de ce qu’on appelle la « parenté » et qui désigne le ou les parents. De ce que j’ai rappelé plus haut découlaient trois sortes de parenté : biologique, domestique encore appelée « possession d’état » et juridique. Remarquons qu’il n’était alors nullement question des aspects psychiques de la parenté.

C’est précisément pour combler cette lacune que le néologisme « parentalité » a été introduit par le psychiatrie et psychanalyste français Paul-Claude Racamier en 1961. Cet auteur s’intéressait à une pathologie grave que l’on rencontre, heureusement exceptionnellement, chez les accouchées et que l’on appelle « psychose puerpérale ». Racamier, s’inspirant des travaux d’une psychanalyste américaine, G. L. Bibring, a traduit le terme anglais motherhood par « maternalité ». En note, il indiquait qu’on pourrait également parler de « paternalité » et de « parentalité ». Quelle différence entre « maternité » et « maternalité », « parenté » et « parentalité » ? Les premiers termes désignent un état, un lien établi une fois pour toutes, de manière, peut-on dire, statique. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

A propos de la psychiatrisation des problèmes sociaux : Le cas du suicide des paysans indiens dans l’État du Kerala (Inde)

précarité - souffrance psychique - suicide - ruralité - Inde

Krishan GIREESH - Année de publication : 2012

Le suicide des personnes sans-abris : une silencieuse tragédie de santé publique?

précarité - exclusion - mort - prévention - suicide - sans-abris

Édouard LEAUNE et Halima ZEROUG-VIAL - Année de publication : 2017

Crise économique et risque suicidaire

précarité - souffrance psychique - suicide