Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°32 – Lieux d’asile en milieu hostile (Octobre 2008) // Pièce café

Pièce café

Marc JOURDAN - Psychologue, Psychanalyste, Toulouse

Année de publication : 2008

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Psychologie, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°32 – Lieux d’asile en milieu hostile (Octobre 2008)

Le dispositif du « psy-qui-traîne » s’inaugure en 1995 au sein de la Maison des Chômeurs de La Faourette située au Mirail à Toulouse. Il s’agit de mettre en service la fonction psy au sein de l’association, dans un contexte où la majorité des acteurs du soin de l’époque ne sont pas en mesure de prendre en compte la souffrance psychosociale. Pour bon nombre d’entre eux, le fait de toucher le RMI est lié à une faille de la personnalité. Faille qui s’inscrit dans un savoir psychiatrique où la surdétermination de l’individu est obérée, selon les appartenances théoriques, soit par l’inconscient, soit par le moi, une culture du sujet. Du côté des chômeurs, le radical « psy » ne connote, qu’elle qu’en soit sa terminaison, que des significations négatives : fou, folie, maladie, psychiatrie, asile. Culture du sujet là aussi, qui transmue le manque d’une place sociale en sentiments de honte, de culpabilité et culpabilité objective, dans un déni de la souffrance psychique. Acteurs du soin et exclus, face au vécu de la précarité, mettent tout autant à l’écart ce qu’il en serait d’une surdétermination de l’insécurité, présente dans l’environnement aussi bien économique que social ou familial. Il n’y a pas de lieu pour dire ce que j’appelais alors « la souffrance sans nom ». Dans ces conditions les exclus n’intéressent pas le secteur de la santé mentale, et du côté des exclus il ne peut y avoir de demandes.

Il s’agit donc pour le « psy-qui-traîne » de se détourner de la question de la demande, pour développer une pratique de « l’aller vers… ». Etre, dans la pièce café, un homme comme les autres, avec un plus à l’humain qui est sa spécificité de soignant. Pièce café qui est le lieu central de l’accueil au sein de l’association, habitée par une hétérogénéité voulue, des fonctions et statuts des accueillants (juridique, culturel, technique, soin…) qui y travaillent. Le dispositif s’est inventé de cette inauguration. Le nom du dispositif, la manière d’utiliser le psychologue ont été créés par les utilisateurs : libre service pour des entretiens collectifs ou privés au sein même de la pièce café ou dans une pièce à l’écart. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Les noctambules du métro

hébergement - aller vers - errance - maraude - métro

Odile MACCHI - Année de publication : 2020

Valoriser et formaliser les engagements et pratiques des maraudes

aller vers - SDF - pratiques - maraude

Hélène CHAPELET - Année de publication : 2018

Une équipe mobile orientée rétablissement

aller vers - équipe mobile - rétablissement - non demande - EMPP