Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°30 – Traverser la confusion (Mars 2008) // Cinq équipes de pédopsychiatrie : autant de pratiques différentes

Cinq équipes de pédopsychiatrie : autant de pratiques différentes

Paul WIENER - Groupe des Psychiatres Publics d'Enfants et d'Adolescents d'Ile de France (GPPEAIF)

Année de publication : 2008

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES MEDICALES, Pédopsychiatrie

Rhizome n°30 – Traverser la confusion (Mars 2008)

Depuis bien des années la demande augmente, l’offre est saturée et les psychiatres se font rares dans les CMP de pédopsychiatrie d’Ile de France.[1] Notre dernier groupe de travail a reçu en deux ans les équipes CMP de cinq secteurs de la Région parisienne. On le savait déjà, les dotations sont très différentes. Il y des riches et des pauvres. Les CHS sont mieux pourvus et ont plus d’affinités avec les problèmes spécifiques du terrain. Deux secteurs sont vastes, aux nombreux CMP (Etampes, Meaux), d’autres sont plus denses, avec des possibilités de transports en commun. Les CMP ont leur histoire et leurs traditions.

La grande variété des pratiques est une découverte. Chaque secteur s’est adapté aux besoins et aux possibilités locales.

Trois axes organisationnels mis en évidence

  1. Selon que le secteur organise davantage de groupes d’enfant ou pratique plutôt des prises en charge ou des thérapies individuelles. Si on cherche à sauvegarder les prises en charge individuelles, les listes d’attente à l’entrée s’allongent. Si on monte plutôt des groupes, les listes d’attente sont plus courtes.
  2. Selon que les non-médecins (psychologues, infirmiers, rééducateurs, etc.), font ou non des consultations d’accueil et selon le degré d’innovation de leurs pratiques. Dans nos cinq secteurs, plus les non-médecins participent à l’accueil, plus le champ des pratiques s’élargit (ce n’est peut être pas le cas partout). Voici deux exemples de pratique innovante : des consultations, non programmées, ont lieu un après-midi fixe par semaine sur demande reçue le matin (Créteil) ; et la participation au dispositif « Réussite éducative »[2] sans présence médicale dans l’équipe (Nanterre).
  3. Selon le degré de formalisation de l’organisation. Le dispositif peut être plus ou moins formalisé, quels que soient les principes organisateurs qui éventuellement sont très différents d’un service à l’autre. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

La débrouille des familles

intervention - précarité - prévention - jeunesse - enfance - famille

Pascale JAMOULLE - Année de publication : 2005

Le contretemps

urgence - intervention - rue - soin - médecin

Noëlle LASNE - Année de publication : 2004

Fondement et principes généraux des interventions psychosociales en urgence

humanitaire - urgence - intervention