Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°29 – Le voisinage et ses troubles (Décembre 2007) // D’un lieu à l’Autre

D’un lieu à l’Autre

Philippe MARCHOIS - Psychologue clinicien, Lyon

Année de publication : 2007

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Psychologie, Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°29 – Le voisinage et ses troubles (Décembre 2007)

C’est une chose reconnue, la déshospitalisation psychiatrique pose problème –nourri par l’imaginaire collectif- par ses répercussions sur la vie de la cité, déjà en ce que cela suppose de façon plus ou moins avouée une évolution des rôles respectifs, de l’asile et de la cité donc. Ceci concomitamment à une évolution des mœurs bien sûr. D’une certaine manière, pointerait l’idée que la société a à assumer ses citoyens dans leur globalité et à considérer davantage « ses » exclus dès lors qu’elle se gausse de l’héritage des Lumières et se fait le chantre de la Démocratie et des Droits de l’Homme. Du fou et du marginal en exil à leur acceptation dans la cité le chemin est toutefois semé d’embûches. Car si la tendancieuse tendance à la psychologisation des moindres phénomènes tant individuels que collectifs a libre cours depuis quelques années, cela paraît alimenter davantage la paranoïa moïque et ses rejetons d’ostracisme et de méfiance que la possibilité d’une considération autre, où l’autre en pâtit, curieusement. Les questions du voisinage et du logement semblent en cela hautement illustratrices des problématiques en jeu.

Prenons l’exemple d’une situation folle –non sans le plaisir de son équivoque signifiante- qui justement pourrait se dire telle après coup là où le savoir psychiatrique n’avait pas lieu, ni son bon mot, du moins abruptement, tant du côté de l’institution psychiatrique que des autres intervenants. Que toute prise en charge ne vaille que dans sa singularité comme cela est souligné par les institutionnels, ce dont celle-ci témoigne, nous essaierons de le retranscrire, c’est à coup sûr ce qui fait l’intérêt de la pratique avec son corollaire de doute et d’usure parfois. D’où une vive tension parfois entre le souci de la singularité et l’envie de catégoriser dans ce qu’elle offre de ne plus « ça voir ». (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Les troubles de voisinage urbain

médiation - vivre ensemble - voisinage

Christine MELATO et Chantal MOUGIN - Année de publication : 2007

Une équipe infirmière et canine au service du bien-être à l’hôpital

médiation - animaux - témoignages - hôpital - thérapie

Céline COURBET - Année de publication : 2019

La formation des interprètes pour leurs interventions dans la santé mentale : développement d’un dossier pédagogique

médiation - formation - interprétariat