Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°22 – La médecine générale à corps et à cris (Mars 2006) // Médecine générale et précarité sociale : les Centres de santé à Grenoble

Médecine générale et précarité sociale : les Centres de santé à Grenoble

M. NOYARET - Directeur général
M.-L. CHANTALOU - Médecin généraliste
D. LAGABRIELLE - Médecin généraliste, Membre du Bureau de la CME
A. CRUAUD - Coordinatrice de la Prévention

Année de publication : 2006

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES MEDICALES, Médecine, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°22 – La médecine générale à corps et à cris (Mars 2006)

L’Association Gestionnaire des Centres de santé de Grenoble (Agecsa), a pour objet la gestion et le développement de centres de santé implantés sur les quartiers de la ville de Grenoble. Elle s’attache à réunir et à mettre en œuvre les moyens nécessaires pour permettre au personnel médical et paramédical de dispenser des soins de qualité dans le cadre d’un travail d’équipe pluridisciplinaire et en réseau. Quatre de ses cinq Centres de santé sont établis en zones urbaines sensibles, quartiers reconnus « difficiles » sur le plan de l’accès aux soins, de la prise en charge des malades et de leur accompagnement.

L’accès aux soins

La prise en charge et l’accompagnement de personnes en situation de précarité et d’insertion sont des objectifs partagés pour la Métro[1], l’État, la Ville de Grenoble, le Conseil Général de l’Isère et le projet d’entreprise de l’Agecsa. Plus de 21 000 patients sont suivis au sein des 5 centres, pour une population avoisinant les 30 000 habitants. Les professionnels de l’Agecsa sont au service d’un public composé à 40 % de patients en situation de précarité financière et socio-familiale, soit environ 8 000 patients. L’association dispose d’une cellule administrative et de direction (9 salariés) et déploie 25 médecins généralistes, 5 spécialistes, 15 infirmières D.E., 4 kinésithérapeutes, 1 psychologue, 1 diététicienne et 3 orthophonistes qui exercent leur activité de soins, assistés de 18 secrétaires d’accueil médico-social. Les centres sont de taille variable et proposent une offre de soins différente selon la demande existant sur leur quartier d’implantation. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

La souffrance psychique en perspective

précarité - souffrance psychique - représentation - politique - histoire

Jean Christophe COFFIN - Année de publication : 2011

L’humain d’abord

précarité - SDF - croyance - religion - spiritualité

Jacques GAILLOT - Année de publication : 2014

Professions en précarités ? (5 octobre 2009)

travail - intervention - précarité - professionalité - accompagnement - usagers - pratiques