Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°25 – Réinventer l’institution (Décembre 2006) // L’institution du tiers dans les pratiques cliniques

L’institution du tiers dans les pratiques cliniques

Jean-Pierre MARTIN - Psychiatre, Chef de service, Hôpital Esquirol, Saint Maurice (94)

Année de publication : 2006

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°25 – Réinventer l’institution (Décembre 2006)

La demande d’un tiers dans l’accès aux soins psychiatriques est souvent la demande initiale. Elle exprime l’inquiétude de proches ou de professionnels à propos d’un sujet en crise, enjeu d’un désordre qui envahit l’entourage. La dramatisation est à la hauteur du sentiment d’impuissance à le faire cesser. Cette demande interroge le sens à lui attribuer et la pratique d’écoute du soignant, mais également sa place institutionnelle. Quelle place va-t-elle tenir dans l’approche thérapeutique ?

Historiquement, la politique de secteur psychiatrique pose cette question comme demande sociale et politique. Elle ouvre la psychiatrie sur la communauté et ses « organisateurs » et les liens à construire avec eux, ce que Lucien Bonnafé nomme « implantation préalable », c’est-à-dire la connaissance d’une cartographie des ressources possibles. Dans ce contexte, les tiers sociaux et familiaux sont des partenaires à part entière, avec leurs compétences, leurs engagements, leurs limites et leurs motivations subjectives en rapport avec le patient.

Dans les faits, l’expérience montre que la reconnaissance du rôle de tiers dans la situation contextuelle de la crise est souvent restée déniée, et les négociations entre partenaires essentiellement utilitaires (à l’exception, sans doute, de nombre de pratiques plus militantes). La situation a cependant évolué, ces dernières années, avec la prise de conscience par les politiques et les partenaires sociaux du « besoin de psychiatrie » face au délitement des liens sociaux et leurs conséquences psychologiques. Elle pose pratiquement la question de la réciprocité entre des institutions aux finalités différentes ou contradictoires, dont une approche possible apparaît dans l’élaboration de politiques de santé mentale locales, par exemple avec les conseils de santé mentale. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Le syndrome de Diogène et les situations apparentées d’auto-exclusion sociale et précarité? Cas cliniques

vieillissement - clinique - logement - précarité - exclusion - incurie

Laurence HUGONOT-DIENER, Catherine WONG et Emmanuel DEVOUCHE - Année de publication : 2014

Que transmettre du travail de rue ?

clinique - rue - témoignage - sans-abris

Carole FAVRE - Année de publication : 2012

Edito

clinique - droit - sexualité