Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°14 – Violences à la personne (Janvier 2004) // Il n’y a pas de sucre sur ma vie

Il n’y a pas de sucre sur ma vie

Laurence FREVILLE - Infirmière au Centre Petite Enfance de Vénissieux (Secteur 69 I 07)

Année de publication : 2004

Type de ressources : Rhizome - Thématique : TRAVAIL SOCIAL

Rhizome n°14 – Violences à la personne (Janvier 2004)

C’est moi Madame Dé. C’est une dame qui est heureuse, qui avait une bonne vie quelques temps.

Le temps est venu, il y a des souffrances qui sont venues chez moi ; je vivais ces souffrances. Je vis des choses que je n’ai pas attendues dans ma vie. C’est trop difficile de parler des premières choses. Mais les deuxièmes choses me permettent de parler, et de donner des leçons pour les gens qui n’ont pas eu de souffrance dans leur vie. Si je dis qu’il y a quelqu’un qui souffre comme moi, ils vont dire que non, parce qu’en France, il n’y a pas de souffrance ; Mais pourtant, j’ai laissé beaucoup de pays et j’ai choisi la France pour voir si mes premières souffrances allaient partir. J’avais de l’espoir.

Je pensais que ma vie allait changer. Je crois que je n’ai pas de chance dans ma vie, je suis tombée sur un homme qui donne de la souffrance à une femme. Cet homme-là, je l’ai rencontré parce que je n’étais pas bien. Je l’ai vu, je lui ai fait confiance. Il m’a convaincu de vivre avec lui par ses mots, cela m’a obligé de rester avec lui parce que je n’ai pas de choix ici. Je suis restée quelque temps avec lui, je suis heureuse avec lui. Cela a duré un mois. Ma situation ne me permet pas de changer d’endroit.

Tellement je lui ai fait confiance, je l’aimais, j’ai fait un bébé avec lui, je n’ai même pas fait attention. Après, quel dommage encore ! J’ai regretté, avec le bonheur quand même parce que j’aime mon bébé. Je suis contente. J’aime mon bébé, j’ai fait mon bébé avec confiance. Mais quand il est arrivé, je n’avais pas de moyen pour le rendre heureux, pour m’en occuper bien. Quand tu fais un enfant, il faut être bien avec le papa du bébé, il doit s’en occuper aussi, je crois que c’est comme ça. Toutes les choses que j’ai imaginées avec cet homme-là sont restées dans l’image. Il m’a jetée après avec le bébé et il est parti, c’est ça la chose qu’il m’a faite. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Lien social et insécurité : (de quoi) faut-il avoir peur ?

violence - délinquance

Laurent MUCCHIELLI - Année de publication : 2006

Entre violence de la contrainte et violence de l’abandon

violence - droit

Pierre LAMOTHE - Année de publication : 2011

Rôle ambigu du certificat médical

asile - éthique - violence - psychotraumatisme - témoignage