Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°10 – La psychiatrie publique en questions – 3ème volet : Au milieu du gué (Décembre 2002) // Non à l’exclusion, Oui aux soins

Non à l’exclusion, Oui aux soins

Jean-Luc ROELANDT - Praticien hospitalier, chef de Service EPSM Lille Métropole

Année de publication : 2002

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°10 – La psychiatrie publique en questions – 3ème volet : Au milieu du gué (Décembre 2002)

Les principes de la « psychiatrie citoyenne » se résument en ces deux phases : permettre des soins de qualité pour tous, avec un accès le plus précoce possible – éviter l’exclusion sociale des personnes qui en sont malades.

Ces principes développés par l’Organisation Mondiale de la Santé lors de la campagne de promotion de l’année de la santé mentale en 2001, valent pour toute la médecine, pour toutes les affections : Sida, Diabète, Cancer, troubles psychiques, toutes les maladies bénignes ou graves sont concernées. Les troubles psychiques touchent 400 millions de personnes dans le monde et représentent la 2ème cause d’invalidation.

Voici quelques principes généraux pour atteindre les buts de la psychiatrie citoyenne :

1. Lutter encore et toujours contre la stigmatisation des personnes ayant des troubles psychiques

2. Développer les associations d’usagers. Les intégrer à tous les niveaux de responsabilité et renforcer leur rôle dans les systèmes de pilotage des programmes de santé

3. Décloisonner la psychiatrie et l’articuler à la médecine générale et au champ social

4. Promouvoir la psychiatrie dans la cité et proscrire toutes concentrations ségrégatives, qu’elles soient médicales, psychiatriques ou sociales (les concentrations pour handicapés ne doivent pas succéder aux concentrations pour « malades psychiatriques »)

5. Ne jamais confondre enfermement et soins : les services « fermés » en psychiatrie en médecine et dans le social ne devraient plus exister (100 000 personnes sont enfermées actuellement en France : 20 000 en psychiatrie, 18 000 dans les services pour handicapés, 75 000 personnes âgées). Il s’agit de « prisons » médicales et sociales. L’intervention de la justice est évidente. La médecine doit se contenter des soins (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

L’asile en personnes

exclusion - accompagnement - asile - accueil - sans-abris

Claudine FARINA - Année de publication : 2008

Développement humain de la santé mentale : le grand défi pédagogique

exclusion - éthique - droit

Luciano CARRINO - Année de publication : 2012

Entretien avec une éducatrice en prévention spécialisée

exclusion - souffrance psychique - prévention - politique de la ville