Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°5 – La souffrance psychique aujourd’hui un concept évident et incertain (Juillet 2001) // LE COIN DU CLINICIEN Une clinique de l’humain

LE COIN DU CLINICIEN Une clinique de l’humain

Pierre MORCELLET - Psychiatre des Hôpitaux, CH Edouard Toulouse, Marseille

Année de publication : 2001

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°5 – La souffrance psychique aujourd’hui un concept évident et incertain (Juillet 2001)

« Qu’on s’imagine maintenant un homme privé non seulement des êtres qu’il aime, mais de sa maison, de ses habitudes, de ses vêtements, de tout enfin littérale- ment tout ce qu’il possède : ce sera un homme vide, réduit à la souffrance et au besoin, dénué de tout discernement, oublieux de toute dignité, car il n’est pas rare, quand on a tout perdu, de se perdre soi-même ».

Primo Lévi, Si c’est un homme(1).

Le poids d’une réalité, où les problèmes de travail, de logement, d’argent, les projets programmés de réinsertion accaparent l’attention au quotidien, attaque l’espace privé du sujet. L’intériorisation du statut d’exclu l’aliène à une image négative que lui renvoie l’extérieur du social. L’espace propre est ainsi infiltré par un domaine public qui le détermine, lui confère son identité, lui dit la marche à suivre pour retrouver une place parmi les inclus. L’espace interne est vécu comme « cassé », « vide », où ce qui a pu faire histoire, l’éprouvé, le désir, le souci de soi, sont sans valeur par eux-mêmes. La capacité de penser est compromise, au profit d’une fuite dans l’agir. La pensée devient opératoire, fixée sur les démarches à effectuer. La violence subie et l’impuissance s’extériorisent dans divers troubles comportementaux, des passages à l’acte impulsifs, des conduites répétitives d’échec. La consommation de drogue ou d’alcool remplit le « vide », dénie la dépendance à autrui.

Le temps est altéré. La précarité fait vivre le sujet sous l’emprise d’un présent permanent. Il s’affaire dans des stratégies de survie au jour le jour, aux dépends d’une subjectivité historisée, reliée à un groupe lui même inscrit dans une histoire, une filiation. C’est un présent fragmenté au gré des circonstances immédiates qui inhibe la demande et donne aux relations avec les autres, y compris l’éventuelle relation thérapeutique que l’on tentera d’établir, leur modalité discontinue qui ne parvient pas à faire communauté. Les liens au passé sont rompus, ou reconstruits d’une manière mythique : « j’ai perdu ma femme et mes enfants dans un accident de la route » est une phrase qui revient avec une fréquence bizarre remarquait X. Emmanuelli aux urgences de l’hôpital Nanterre(2). La souffrance ressentie est sans doute la marque du maintien d’une certaine ouverture sur l’avenir, protension vers le monde, même s’il est barré par l’impuissance face à la situation à gérer qui empêche toute autre forme de projection. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

La « clinique des nuances »

clinique - logement - témoignages - accompagnement - care

Fabienne DIEBOLD, Jean MARSHALL et Laetitia LIQUET - Année de publication : 2019

L’accompagnement, objet à part entière de santé mentale

clinique - accompagnement - souffrance psychique - santé mentale - travail relationnel

Jean-Pierre MARTIN - Année de publication : 2005

La relation thérapeutique à l’épreuve de la langue

clinique - accompagnement - interprétariat - vieillesse