Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°7 – Habiter (Décembre 2001) // La «captivité» territoriale

La «captivité» territoriale

Annie GUILLEMOT - Maire de Bron

Année de publication : 2001

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Sciences politiques, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°7 – Habiter (Décembre 2001)

On associe souvent précarité sociale et SDF ; en tout cas, c’est l’image courante, car la plus visible dans l’espace urbain, et la plus médiatisée, image dont on se débarrasse avec beaucoup de peine….

En tant qu’élue locale et Maire d’une ville composée de quartiers très différents mais attachants je peux témoigner qu’il y en a d’autres, multiples, moins visibles mais tout aussi réelles…De celles qui restent silencieuses et cela arrange tout le monde de ne pas les voir…car elles sont liées à ce qu’il faut bien nommer une certaine « captivité » territoriale.

Une souffrance silencieuse, profonde, devant l’impossibilité d’une mobilité (pouvoir aller ailleurs), la peur du regard des autres (dis-moi où tu habites, et je te dirai qui tu es), l’angoisse devant la violence du quotidien…. Le marquage territorial renforce le manque de perspectives d’avenir, ressenti en particulier chez les jeunes. Ce marquage territorial enferme aussi les femmes, lentement, mais durablement car la concentration et le repli communautaire ne peuvent qu’aggraver la situation de femmes qui doivent déjà faire face à des traditions non propices à leur émancipation.

Cette souffrance-là, on ne la trouve pas seulement dans les grands ensembles HLM. On la trouve aussi dans les copropriétés privées, dégradées, celles où aujourd’hui même la loi républicaine a beaucoup de mal à s’imposer, celles où l’action publique rencontre beaucoup de difficultés face aux mécanismes du marché du logement privé. Les conditions de travail sont dures, ne nous voilons pas la face, pour les professionnels de terrain qui exercent dans ces quartiers, qu’ils soient policiers, instituteurs, agents de secteurs, de médiation, agents municipaux, travailleurs sociaux et qui eux aussi peuvent être en souffrance devant cette situation. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Être accueilli chez l’habitant : de l’hébergement-épreuve à la cohabitation-tremplin pour les migrants

hébergement - soutien - habiter - accueil - hospitalité - cohabitation

Marjorie GERBIER-AUBLANC et Évangeline MASSON DIEZ - Année de publication : 2019

Urgence sociale et catégorisation des publics : les « Roms migrants » sont-ils des « sans-abri » comme les autres ?

habiter - bidonville - squat - assistance - sans-abri - action publique

Louis BOURGEOIS - Année de publication : 2019

Habiter : la part de l’être

habiter - participer - être