Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°4 – Précarité visible, précarités invisibles (Mars 2001) // Force et fragilité des familles « en transit »

Force et fragilité des familles « en transit »

Association DOMINO - Présidente de l’Association Domino 69380 Civrieux d’Azergues

Année de publication : 2001

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES, PUBLIC MIGRANT

Rhizome n°4 – Précarité visible, précarités invisibles (Mars 2001)

Depuis seize ans, Domino accueille, de manière temporaire, des familles en difficulté, plus spécialement des demandeurs d’asile et des étrangers.

Dans le but même de l’association semble inscrite la précarité : « temporaire », « en difficulté », « demandeur d’asile », « étrangers » ; ces mots ne représententils pas spontanément des éléments de ce qui pourrait définir des situations précaires ?

Pour toutes les familles, françaises ou étrangères, quel que soit leur statut, l’arrachement d’un lieu, d’une situation, même difficile, ébranle profondément. Langue, points de repère, coutumes, climat, environnement affectif, culturel etc … sont bouleversés. Le paysage extérieur prend les couleurs du désarroi intérieur. Le vent dans les grands arbres de la propriété qui entoure la maison rappelle, pour cette petite fille algérienne de 5 ans, le bruit et la fureur de l’arrivée de ceux qui viennent piller, saccager, tuer.

Le déracinement culturel crée une perturbation importante dans l’appréhension et la compréhension de la nouvelle réalité à vivre. La confrontation avec d’autres façons de penser, de vivre, déstabilise en profondeur. La simplicité de vie antérieure, voire la pauvreté, n’a pas permis de se familiariser avec d’autres « mondes », même pas par les livres ou la télévision.

Les changements brutaux, peu préparés, peu parlés, entraînent des malaises profonds qui perturbent l’équilibre personnel déjà mis à rude épreuve par le quotidien : la nourriture, le climat , les odeurs, les saveurs etc … Il faut faire face trop rapidement à une quantité de nouveautés dont certaines vous réjouissent, mais dont beaucoup d’autres vous agressent ! L’adaptabilité plus immédiate des enfants n’est pas sans créer un certain trouble chez les parents plus spécialement chez les mères car une distance supplémentaire est introduite entre elles et leurs enfants. L’apprentissage du français, par exemple, se double chez les enfants d’une moins bonne pratique de la langue maternelle. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Pourquoi un CHRS fait appel à un psychologue ?

clinique - précarité - accompagnement - errance - insertion - témoignage - sans-abris

Farid RIGHI - Année de publication : 2006

Dépossessions, actes et paroles dans la clinique de l’exil

clinique - précarité - exil

Laure WOLMARK - Année de publication : 2017

Ville, espaces et précarité : l’urbain contre la santé mentale… tout contre ?

précarité - ville