Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°6 – Jeunesse, le devoir d’avenir (Octobre 2001) // Etre parents aujourd’hui et en situation de grande précarité

Etre parents aujourd’hui et en situation de grande précarité

Claire VERCRAENE - Directrice du Service de Prévention de l’A.D.E.F.O [1]

Année de publication : 2001

Type de ressources : Rhizome - Thématique : TRAVAIL SOCIAL, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°6 – Jeunesse, le devoir d’avenir (Octobre 2001)

Etre pauvre, autrefois, était un vécu collectif, une situation sociale de classe, porteuse de sa propre culture, une culture de la lutte le plus souvent. Maintenant la précarité est une exclusion, une situation à la marge, floue, incertaine, dans un provisoire qui peut durer. Mais les personnes ou les familles en danger de précarité ne sont-elles pas pleinement des habitants de notre humanité ?… Pour les enfants de ces familles en difficulté, comme pour tous jeunes, l’apprentissage de la vie et de ses lois, le «devenir grand» ne peut se faire que dans la collaboration de la cité avec les parents, hommes et femmes reconnus comme digne d’intérêt. C’est seulement ainsi qu’une transmission entre générations est possible.

Des familles (une bonne centaine), venant de quartiers que l’on dit difficiles fréquentent le Club de Prévention de l’A.D.E.F.O à Dijon. Ce service à la particularité de rencontrer non pas prioritairement des adolescents (comme c’est le cas habituellement en prévention spécialisée), mais des familles, et notamment des familles avec des jeunes enfants. Les rencontres ont lieu dans les règles de la prévention spécialisée, c’est-à-dire sans mandat nominatif et dans la libre durée, de quelques mois à quelques années. Les familles viennent librement. Ce sont des modalités d’approche qui nous semblent tout à fait intéressantes.

Ces familles ont souvent une histoire faite d’abandon et de placement se répétant de génération en génération, auxquels s’ajoutent des difficultés liées au contexte économique.

Nous (une petite équipe de travailleurs sociaux), proposons des temps d’accueil collectifs ou individuels, réguliers ou ponctuels, avec la possibilité de participer à des activités concernant les parents seuls, ou les enfants seuls, ou parents et enfants, sur le lieu qu’on appelle le « Club » à Dijon ou à la maison familiale de Grancey, pour des séjours de vacances. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Ethiques dans l’accompagnement de la grande exclusion

précarité - accompagnement - pratiques - évaluation - éthique - reconnaissance - empowerment

Jean-Pierre MARTIN - Année de publication : 2012

Edito

précarité - soin - médecine générale - réseau de santé - publics vulnérables

Bernard EL GHOZI et Jean FURTOS - Année de publication : 2006

Vers une clinique populaire ?

précarité - exclusion - justice