Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°7 – Habiter (Décembre 2001) // Détruire les grands ensembles ?

Détruire les grands ensembles ?

Christian DELORME - Prêtre à Lyon, auteur, notamment, de « Quartiers sensibles » (avec Azouz Begag, Ed du Seuil 1994) et de « Les Banlieues de Dieu » (Ed.Bayard 1998)

Année de publication : 2001

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES

Rhizome n°7 – Habiter (Décembre 2001)

Régulièrement depuis vingt ans la question est posée dans le débat public: « Faut-il détruire les grands ensembles? ». Mais ces « grands ensembles  » ne sont pas, pour la plupart d’entre eux, des bâtiments vides. Y vivent — ou survivent — des gens qu’on a justement voulu « mettre ensemble » à une certaine époque. Où va-t-on les loger si on démolit leurs habitations? En réalité, on ne peut détruire que si les locataires sont déjà partis, ou que s’il existe des possibilités de faire « glisser » ceux-ci vers d’autres appartements. « Détruire les grands ensembles » constitue une vue de l’esprit. Ce ne peut pas être une politique générale dès lors que quelque cinq millions de personnes y vivent. Ne peuvent être démolis — c’est ce qui se produit périodiquement maintenant depuis une vingtaine d’années — que des immeubles libres de tout habitant, et dont la vacance est déjà ancienne. A présent, lorsqu’on détruit des tours, des barres ou des groupes d’immeubles, ces bâtiments ont eu le temps d’être « désinvestis » affectivement par leurs anciens occupants.

J’ai vécu les premiers dynamitages de tours aux Minguettes, dans le « quartier Monmousseau », au début des années 1980. A l’époque, ces opérations étaient nouvelles et personne n’y était préparé. Nombreux étaient encore les candidats à vouloir venir habiter ces quartiers, et cela paraissait scandaleux que l’on supprime violemment des logements alors que tant de personnes attendaient de se voir attribuer un appartement en HLM. Ces destructions d’immeubles n’étaient pas ressenties comme des tentatives de « remodeler » un paysage urbain, mais comme une volonté d’éradiquer des foyers de troubles à l’ordre public. Les habitants des quartiers concernés avaient l’impression qu’en supprimant leurs anciens logements, c’était d’eux aussi que l’on cherchait à se débarrasser… Or cela n’était pas forcément faux et reste le désir profond de plusieurs qui prônent la fin des « grands ensembles ». Je me souviens tout particulièrement de l’émotion de familles qui voyaient partir en poussière leurs anciens immeubles. Les tours tombées, certains se précipitaient au milieu des gravas pour tenter d’y repérer les traces de leur ancienne vie: un morceau de tapisserie ou un bout de surface peinte… (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Aspects psychosociologiques et éthiques de l’accompagnement au logement des personnes ayant un long parcours d’errance.

logement - incurie - accompagnement - errance - psychosocial

Valérie COLIN, Adrien PICHON et Loïc BONNEVAL - Année de publication : 2012

Les défaillances de l’accompagnement des demandeurs d’asile et leurs conséquences sur la santé mentale

hébergement - logement - précarité - accompagnement - crise

Halima ZEROUG-VIAL, Yvan COURIOL et Nicolas CHAMBON - Année de publication : 2014

Habiter son monde

hébergement - habiter - logement - accompagnement - logement d'abord - chez soi d'abord