Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°7 – Habiter (Décembre 2001) // De l’abri à « l’habiter »

De l’abri à « l’habiter »

Karine LANTHEMANN - Assistante Sociale, Service de psychiatrie adulte du Dr Galea CH le Vinatier Bron

Année de publication : 2001

Type de ressources : Rhizome - Thématique : TRAVAIL SOCIAL

Rhizome n°7 – Habiter (Décembre 2001)

« Ici, pour moi, c’est déjà un toit » me disait une personne dans le cadre d’un entretien.

Ces propos nous renvoient à la base même de la construction, pourquoi bâtissons-nous des logements ? L’habitat est ici vu au travers de sa signification première : celle de l’abri. C’est un abri face à la nature donc une protection contre ses forces sauvages (le froid, le chaud, le vent…). Le trait originel de l’habitation est la protection, la préservation. Ceci se traduit par la possibilité de dormir, de manger et de se protéger contre les intempéries et les dangers divers…

L’abri est une des significations de l’habitat, mais habiter ce n’est pas uniquement s’abriter. En effet, l’homme n’est pas soumis qu’à des besoins primaires. L’homme ne fait pas que se loger, habiter est un des traits fondamentaux de l’être humain. Il n’y a que l’homme qui habite, qui ne fait pas que s’abriter. Etre humain, c’est être sur terre en tant que mortel, c’est donc habiter son corps et habiter l’espace.

« Partout on parle, et avec raison, de la crise du logement. On ne parle pas seulement, on met la main à la tâche. On tente de remédier à la crise en créant de nouveaux logements, en encourageant la construction d’habitations, en organisant l’ensemble de la construction. Si dur et si pénible que soit le manque d’habitations, si sérieux qu’il soit comme entrave et comme menace, la véritable crise de l’habitation ne consiste pas dans le manque de logement. La vraie crise de l’habitation, d’ailleurs remonte dans le passé plus haut que les guerres mondiales et que les destructions, plus haut que l’accroissement de la population terrestre et que la situation de l’ouvrier d’industrie. La véritable crise de l’habitation réside en ceci que les mortels en sont toujours à chercher l’être de l’habitation et qu’il leur faut d’abord apprendre à habiter [1] ». (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

La rue comme addiction

hébergement - habiter - rue - accompagnement - addiction - témoignage

Jean-François KRZYZANIAK - Année de publication : 2019

L’auto-rénovation accompagnée.

habiter - logement - participation - psychosocial

Valérie COLIN, Colette PITICI, Laëtitia OVERNEY et Jean FURTOS - Année de publication : 2012

Habiter, pour le schizophrène

habiter - schizophrénie - thérapie